Le projet CARIB-COAST vise à mettre en œuvre un réseau caribéen de surveillance de prévention des risques côtiers et d’adaptation au changement climatique. Les pays de la Caraïbe partagent bien des similitudes. Outre leurs innombrables atouts, il y a, au rang des bémols, leur vulnérabilité face aux risques majeurs.
Les zones littorales, qui rassemblent 115 millions d’habitants au sein de la Région, sont particulièrement exposées. Elles sont les premières ravagées par les phénomènes cycloniques, balayées par les vents violents et la houle. En cas de séisme, ou d’éruption volcanique (notamment sous-marine), ou encore de tsunami, les dégâts peuvent y être considérables. Idem, au niveau des embouchures de rivières, lors des crues.
On y observe déjà un inquiétant phénomène d’érosion des côtes. Qu’il s’agisse des plages, des falaises ou des zones de mangrove, les côtes caribéennes reculent inexorablement ; on parle alors de « recul du trait de côte ».
Dans ce contexte, plusieurs territoires (des États de la Caraïbe mais aussi, côté Antilles françaises, la Région Guadeloupe et les collectivités territoriales de Saint-Martin et la Martinique) ont décidé de mutualiser leurs efforts de lutte contre les risques côtiers et leurs conséquences.

En savoir plus