Au cours des dernières décennies, l’Afrique de l’Ouest a connu une certaine variabilité des précipitations les plus extrêmes partout dans le monde. Cette variabilité climatique affecte directement les moyens de subsistance de sa population croissante. Dans cette région, les précipitations sont notoirement variable et contribué à une sécheresse étendue et longue durée de vie déclenchant la famine à l’échelle régionale dans les années 1970 et 1980. Ces dernières années, une reprise partielle des totaux des précipitations saisonnières dans le Sahel a été accompagnée par dévastatrices inondations. En dépit d’une bonne compréhension des causes physiques de la variabilité du climat historique, il n’y a pas d’accord clair sur la façon dont les changements dans l’effet de serre, la couverture terrestre et les aérosols auront un impact sur les précipitations futures. Lorsque l’on regarde l’impact sur les sociétés, il y a peu d’informations sur la façon dont l’impact élevé des événements météorologiques peuvent changer à l’avenir. Cette incertitude, couplée avec une capacité faible pour planifier les investissements sur des échelles de temps de plusieurs décennies, les résultats de la connaissance limitée du changement climatique étant utilisé comme un guide pour le développement la prise de décision.

Ce projet se fondera sur le plus grand effort de recherche multidisciplinaire jamais entrepris dans le domaine du climat africain et de l’environnement, l’Analyse Multidisciplinaire de la Mousson Africaine (AMMA), pour relever les défis de comprendre comment la mousson va changer dans les prochaines décennies, et comment cette information peut être le plus efficacement utilisé pour soutenir le développement du climat compatible dans la région.

En savoir plus